200 personnes au total dont 100 étudiants et 100 élèves viennent de bénéficier des échanges enrichies sur le fonctionnement de la Cour Pénale Internationale CPI.
Ces 200 personnes sont des 4 institutions d’utilité publique de la ville de Bukavu qui regorgent les Comités d’Activistes pour le Genre CAG de l’Association des Femmes des Médias du Sud Kivu. L’Université Evangélique en Afrique UEA, le Centre Universitaire pour la Paix CUP, l’Institut d’Ibanda IIB et l’Institut de Bagira. Cette activité s’est réalisée avec le porte parole de la CPI en RDC Paul Madidi.
Selon lui, les bénéficiaires ont affiché un certain nombre de besoin d’information pour la Cour Pénale Internationale.

Les bénéficiaires ont été édifiés sur les explication du mandat de la Cour, les informations sur les affaires en cours mais également sur les enquêtes sur les crimes, les pillages dans le Kivu. L’appropriation du travail de la Cour a été au centre des discutions. 
Les étudiants et élèves ne sont pas resté sans poser des questions. Parmi les questions qui revenaient figurent celles de savoir si la Cour est véritablement partiale, si elle n’est pas un instrument de recolonisation de l’Afrique, la question sur Bosco Ntaganda etc.

Ecrire un commentaire

requis

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>