08 MARS  KALEHE

Plusieurs femmes du territoire de Kalehe ont échangé avec leurs autorités locales sur leurs difficultés. Ces femmes sont venues de différentes organisations qui luttent pour les droits des femmes. En marge de la journée du 08 mars, AFEM SK a préféré se joindre à ces femmes en les réunissant pour mieux connaitre avec les autorités locales les difficultés de ces femmes.

L’administrateur du territoire adjoint, le Chef de poste d’encadrement de police, le Huissier principal du tribunal de paix, le commandant de l’armée ont repondu aux préoccupations des femmes présentes.

Selon plusieurs femmes, il leur a été facile de parler aux autorités locales des différentes difficultés qu’elles subissent.

Celles-ci citent le problème d’héritage qui persiste. La femme est chassée de sa propre maison par son fils après la mort de son époux. Elle doit se chercher où habiter même si elle n’en a pas de moyens.

Selon elles, dans le territoire de Kalehe la femme n’a pas un mot sur son mari en ce qui concerne la légalisation du mariage devant l’officier du ministère public. La majorité des femmes mariées du territoire de Kalehe n’ont jamais bénéficié d’un mariage célébré à l’Etat Civil; ont-elles ajouté.kalehe

Quand elles veulent soulever cette question, leurs maris les tabassent. Elles en ont pris l’habitude et pensent déjà que cela est tout à fait normal. Les maris se permettent ainsi d’en épouser jusqu’à 4 femmes sans se gêner.  Conséquences, plusieurs enfants qui sont abandonnés à leur triste sort intègrent les différents groupes armés et les milices.

Dans la majorité des maisons de Kalehe, on y trouve des filles mères. Selon les témoignages des femmes présentes à la manifestation, dans une même maison on peut trouver 4 à 5 filles qui ont déjà faits des enfants sous le toit de leurs parents. Les pères de ces enfants peuvent soit s’enfuir, soit resté dans le même village et y avoir 3 à 4 autres filles avec qui il a déjà fait les enfants.

Les cas des viols sont fréquents. Les femmes ont fait un constat que la plupart d’entre elles ne savaient pas à qui il fallait s’adresser pour soumettre son cas de viol à la justice. Des amples explications ont été données aux femmes  participantes.

Les autorités ont demandé aux femmes présentes dans les assises de faire large diffusion de ce qu’elles ont appris. D’abord sur la question des violences sexuelles, sur les procédures juridiques mais aussi sur les questions sociales.

2 thoughts on “Kalehe: 8 Mars, AFEM SK favorise le dialogue entre les autorités locales et les Femmes sur leurs difficultés

Ecrire un commentaire

requis

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>