Milicien FDLR. Photo africa.jeuneafrique.com

Le représentant spécial de l’ONU vient de déclarer ce lundi 13 janvier devant le conseil de sécurité que la Monusco ne laissera pas le M23 reprendre leurs opérations et va poursuivre son offensive contre deux autres groupes armées : FDLR et ADF-Nalu.
Le représentant spécial des Nations Unies en RDC, Martin Kobler a fait état « d’informations crédibles selon lesquelles le M23 a continué à recruter » après les accords de paix conclus à Nairobi en décembre  « Nous ne devons tolérer aucune résurgence militaire du M23 et moins tolérer de remise en cause des progrès accomplis jusqu’ici », a-t-il ajouté.
Il a aussi invité les gouvernements ougandais et rwandais à tout faire pour éviter que des éléments du M23 ne trouvent refuge ou ne s’entraînent sur leur territoire.
Devant le conseil de sécurité, le Rwanda a vivement réagi en dénonçant devant le conseil de sécurité des « allégations non vérifié ».

Elle accuse également la Monusco de négliger les opérations contre les Forces Démocratique de Libération au Rwanda (FDLR).
Pour Martin Kobler, l’anéantissement des FDLR reste une priorité, mais que ces petits groupes cachés dans la forêt sont plus difficiles à traquer que le M23 qui s’apparentait à une petite armée, très structurée et très visible.

Ecrire un commentaire

requis

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>