«Nous voulons que la justice transitionnelle soit adaptée à la justice du pays, nous souhaitons que les prisons du pays soit réhabilitées ou reconstruites pour lutter efficacement contre les évasions des condamnés et appréhender les évadés». Ces recommandations sont contenues dans un mémorandum que les femmes du Sud-Kivu ont déposées au gouvernorat de province ce 14 février 2014 ; à l’occasion de la marche qui a été organisée par l’ONG Vday à sa deuxième édition de la campagne “one billion rising for justice ” à Bukavu, chef lieu de la province du Sud-Kivu.Cette marche a regroupé des centaines des femmes  de la société civile issues des organisations qui militent pour les droits de la femme et les hommes acquis pour la cause de la femme.
Selon Christine Descryver  représentante nationale de  l’ONG Vday, un accent particulier a été mis sur la justice transitionnelle  car les femmes n’ont pas souvent accès à la justice après qu’elles soient violées.
La marche est partie de la place Mulamba sur avenue patrice Emery Lumumba en passant par Nyawera et a eu  comme point de chute au gouvernorat de la province où le gouverneur à l’intérim Jean Julien Miruho a reçu le mémorandum des femmes.
«Nous encourageons la justice transitionnelle car les bourreaux qui ont commis les actes de barbaries et viols à l’égard de la femme doivent répondre de leurs actes devant la justice. L’état congolais doit prendre en charge ses responsabilités» a souligné avec insistance madame Aimé MATABARO vice présidente de la société civile du Sud-Kivu qui a accompagné cette marche.
Sur les calicots  que portaient les femmes on pouvait lire: “Non à l’impunité”, “oui à la justice transitionnelle”, “non aux violences sexuelles et viols commis à l’égard de la femme”, “Oui à la paix”.
Tout le 14 février c’est l’anniversaire de création de Vday, et à cette même occasion la célébration  de la campagne “One billion rising for justice”. Toutes les activistes  des droits des femmes se fixent un rendez-vous pour dire «non, assez! La violence doit maintenant s’arrêter».
Partout dans le monde des milliers des femmes descendent dans les rues, dansent et expriment leur profonds désirs de voir la fin des violences.
A Bukavu, la marche s’est clôturée par un concert  au cercle sportif de Labotte agrémenté par l’artiste congolais de renommé international Lokua Kanza qui est venu se solidariser avec les femmes du Sud-Kivu.

Ecrire un commentaire

requis

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>