Matata P_1

Le gouvernement actuel est constitué de 48 membres, y compris le premier ministre. On y compte sept femmes, dont trois ministres et quatre vice-ministres. Dès lors se pose la question du respect de la parité à laquelle encouragent la Constitution et les traités internationaux.

Attendu depuis plus d’une année, le gouvernement dit  de cohésion nationale, recommandé par les concertations nationales d’octobre 2013 ne compte que sept femmes dont Mme Louise Munga, Ministre du Portefeuille, Mme Ngudianga Bayokisa, Ministre du Commerce et Mme Bijoux Kat, Ministre du Genre, Famille et Enfant.

Mme Martine Bukasa Ntumba, Mme Ernestine Nyoka, Mme Maguy Rwakabuba et Mme Lisette Bisangana Ngalamulume sont respectivement vice-ministres de l’Intérieur, du Budget, de l’Energie et du Plan.

Indignées, les femmes se plaignent. À Bukavu elles n’hésitent pas à  s’exprimer.

Le chef-lieu de la province du Sud-Kivu est devenu le fief d’expressions de la déception face à la violation du principe de parité.  Cessons le silence , disent beaucoup de  femmes dont certaines affichent le mécontentement : “ c’est la désolation ! le Chef de l’Etat lui-même a dit à la fin des concertations qu’il va tenir compte de la parité homme-femme dans le nouveau gouvernement. On a dû attendre 14 mois pour que l’on nous présente un gouvernement avec Sept femmes sur un total de 48 membres ! Quelle déception ? L’électorat de 52% des femmes, juge qu’il est temps de s’apprêter  à appliquer des sanctions exemplaires. Il faut en finir, lors des élections, avec tous ces représentants du peuple congolais qui continuent à être têtus face au  respect de textes qu’eux-mêmes  ratifient ”, dit Espérance Mawanzo, directrice de l’Observatoire de la Parité.

Pour la secrétaire exécutive du Caucus des femmes congolaise pour la paix, Solange Lwashiga, “ c’est un constat de regret que je viens de faire. Plus de la moitié des femmes de l’ancien gouvernement n’ont pas été nommées dans le gouvernement dit de cohésion. Il y a lieu de croire que le président de la république ne reconnait pas le mérite des femmes. A-t-il oublié sa parole lors des concertations nationales ? A-t-il  foulé au pied les desiderata des femmes ? En tout cas, avec la nouvelle équipe, on peut déduire que c’est un gouvernement de récompense qui vient d’être annoncé.  Et la récompense  juste aux efforts de la femme ! Où en sommes-nous ? Quand sera-t-elle donnée ? Par qui ? Attendons voir !

Ainsi, les préoccupations exprimées des années durant par les femmes congolaises, à propos de leur participation équitable reste à ce jour lettre morte, un cri dans le désert. Pourtant, la RD-Congo, à travers ses dirigeants a ratifié plusieurs textes tant au niveau national qu’international par lesquels elle s’engageait à promouvoir et à étendre le principe de la parité entre les deux sexes. D’aucuns pensent que la lutte doit se poursuivre pour conscientiser davantage les gouvernants au rôle qu’ils ont à jouer pour servir d’exemple dans l’instauration progressive du principe de parité à tous les niveaux des institutions de la république.

Maguy Buhendwa

 

One thought on “Le gouvernement Matata 2 à l’épreuve de l’application du principe de parité. 15% des femmes !

  1. les Femmes doivent comprendre que la parité et l’intérêt de la population sont le cadet de soucis de nos dirigeants, nous sommes tous d’accord que d’aucun de ces dirigeants a été nommé par mérite, tous parce qu’ils proviennent de tel ou tel parti. Mais sachez que bientôt ça va finir, …..

    Répondre

Ecrire un commentaire

requis

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>