MAGUY RADIO MAMA

MAMA FM, tel est le nom de ce nouveau-né dans le paysage médiatique congolais. Les médias, outil de socialisation et de communication, sont restés pendant longtemps marqués par un déséquilibre des rapports du genre. «Le rapport de monitoring de genre réalisé par AFEM en 2013 montre un taux de moins de 10% d’intégration du genre dans les programmes radiodiffusés en milieux urbains et 5% en milieux ruraux. Au Sud-Kivu, le taux de représentativité des femmes étant de l’ordre de 30% dans les milieux urbains et de 5% dans les médias ruraux. Il est plus que temps de changer cette situation», explique madame Julienne BASEKE, coordinatrice de AFEM.

AFEM, avec le concours de ses partenaires, a amélioré l’accès des femmes et des communautés à l’information sur les droits humains, le genre, la bonne gouvernance et sur le rôle positif des femmes dans la gestion des affaires communautaires. Cependant, n’ayant pas un contrôle sur les médias qui diffusent ses émissions quant au contenu de leurs grilles de programmes et suite aux contraintes financières (car les espaces pour la diffusion des espaces devaient être payés), AFEM a trouvé pertinent et opportun d’avoir sa propre radio.

Cette radio thématique, ayant pour ligne éditoriale « la participation et la promotion des femmes » est une opportunité et une stratégie efficace pour appuyer et soutenir les efforts des femmes et des jeunes de transformer leurs communautés par l’information et l’éducation au travers les médias. Les femmes rurales membres des Noyaux Clubs d’Ecoute, sous l’accompagnement des productrices de AFEM, vont continuellement élaborer des plans de reportage et réaliser des descentes sur le terrain pour la collecte des éléments sonores. Les femmes rurales vont également écrire des dépêches sur les mêmes thématiques. Ceci va alimenter le contenu des programmes diffusés à la radio Mama FM.

Ces micros programmes vont faire intervenir différents acteurs impliqués dans la lutte contre les violences basées sur le genre à savoir les victimes, les autorités politico-administratives, les leaders religieux et coutumiers, les animateurs des ONG de défense des droits humains.

 

Douce NAMWEZI N’IBAMBA

Ecrire un commentaire

requis

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>