Marie claire, menuisière passionnée

Agée d’une quarantaine d’année, Marie claire est passionnée par son travail : « elle est séduite par la planche ». Elle travaille au Centre Monde des Artisans (CMA) depuis vingt et un an.Dès son bas âge, elle rêvait devenir une femme exceptionnelle, celle  qui exercera un métier hors du commun. Elle a fait ses études primaires au Lycée Wima et ses études secondaires à l’Institut Technique Fundi Maendeleo (ITFM). Elle obtient son diplôme en menuiserie en 1990 et se marie.

Aujourd’hui, elle est mère de neuf enfants et épouse d’un commerçant des quincailleries qui la soutient dans son métier. Habitante de Cimpunda au quartier Sake, Marie claire est aussi une épouse dévouée et une mère courageuse.

Durant quatre ans, elle a fait des formations en menuiserie par ci par là jusqu’à ce qu’elle découvre qu’il y a un centre monde des artisans (CMA) qui forme des menuisiers et emploi ceux-là qui savent raboter. Ce centre se situe sur la route industrielle dans la ville de Bukavu. Et de là, elle se décide de faire un pas vers son rêve, celui d’exercer un métier considéré autrefois comme réserver aux hommes.  Elle se retrouve seule femme parmi les hommes et elle fait face à beaucoup des contraintes.

« Au départ, J’étais très heureuse de me retrouver parmi ces hommes parce que j’espérais bénéficier de leur soutien et ainsi devenir une  grande  menuisière. Mais force a été de constater que ces hommes étaient remplis des préjugés et pensaient que la femme n’est pas destinée à faire ce genre de métier.  Cela m’a encouragé et Je me suis fixé un objectif : celui de prouver que la femme est aussi capable.  Actuellement je suis responsable du comité de contrôle au sein du centre et je détiens mon propre atelier où je forme de jeunes filles qui veulent être des menuisières », indique Marie claire.

Chaque jour à 8h elle ouvre la porte de son atelier où elle retrouve ses compagnons   de lutte : le mètre ruban,  les rabots, les scies, les ciseaux, les marteaux, les clous, les cols, les planches,(…) S’étant longtemps familiarisé à ces outils, elle fabrique beaucoup des meubles dont les tables, les chaises, les lits, les gardes robes, les portes appareils, les armoires,(…)

«  Nous travaillons par commande, nous avons continuellement des individus comme clients ou des organisations. Ce travaille me permet de répondre à la plupart besoins au sein de ma famille tel que la scolarité des enfants, les soins médicaux (…) Malgré les périodes de vache maigre où il y a moins de commande et peu d’outils pour l’exposition,  j’arrive à garder le morale », nous dit Marie claire.

Elle a déjà formée une dizaine des filles, qui aujourd’hui sont capables de fabriquer certains meubles. Elle leur a  appris à utiliser leurs mains pour gagner dignement leur vie.

« Ceux  qui disent que la femme n’est bonne que pour le ménage et à la procréation ont tort. Les femmes sont capables de tout lorsqu’elles le veulent, j’invite donc toutes celles qui veulent s’expérimenter à ne pas hésiter », conclue la menuisière passionnée.

Armant Chako

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ecrire un commentaire

requis

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>