Lac Kivu et dechets

A Bukavu, certains habitants des maisons riveraines au lac Kivu, ont transformé ce lac en fosse septique. Des habitations situées derrière le bassin du collège, sur avenue Semiliki à Bukavu, ont orientés les tuyaux de matières fécales dans le lac. Ils justifient cela par manque d’espace pour construire les fosses septiques. Une situation qui  a des conséquences sur l’environnement et la santé.

Des spécialistes en environnement renseignent que cette pratique contribue à la destruction de l’écosystème, et en même temps créée des conséquences sur la santé de l’homme, c’est notamment les maladies hydriques, la fièvre typhoïde et les amibes chez les personnes qui utilisent l’eau du lac Kivu pour les besoins ménagers.

Les populations  environnantes  se plaignent de cette situation car lorsqu’il y a absence ou carence d’eau potable desservie par la REGIDESO, ils n’ont pas d’autres choix.

« Lorsque il n’y a pas d’eau de la Regideso, nous puisons l’eau du lac avec toutes les saletés nous avons peur » indique un habitant de l’avenue du Lac en commune d’Ibanda.

Ces habitants racontent : « En tous cas c’est insupportable, de fois on trouve des excréments quand on vient puiser, ce qui nous dérange le plus ce que les gens qui habitent ici aux abords du lacs, n’ont aucune pitié pour nous ».

 Et une femme rencontrée sur le lieu ajoute : « Nous autres nous craignons même pour notre santé, nos enfants viennent se baigner dans ce lac, aujourd’hui des que vous arrivez dans ce quartier vous êtes accueillis par une odeur nauséabonde, et cette odeur provient du cote du lac ou les habitants de ce quartier déversent leurs saletés et excréments, c’est triste ! »

Certains habitants rencontrés expliquent que cela est dû au manque d’espace suffisant et adéquat pour pouvoir construire des fosses septique, d’autant plus que même les dix mètres de rive exigés pour ériger une maison au bord du lac ne sont pas respectés.

« Que pouvons-nous faire, ce sont les agents du cadastre qui eux mêmes nous octroient ces parcelles, alors on fait comme on peut » indique un habitant sur place qui a requit l’anonymat.

Une pratique à décourager !

La société civile chargée des questions environnementales recommande  au gouvernement provincial  de s’impliquer pour éviter à la population les conséquences qui découlent d’un lac transformé en dépotoir public par certains.

Son coordonnateur Josué Aruna  précise : « Les projets axés sur la gestion des eaux usées doivent être initiés pour résoudre ce problème et le gouvernement doit être vigilent dans l’octroi des parcelles afin d’empêcher ceux qui achètent leurs parcelles aux abords du lac Kivu, puissent y déverser leurs eaux usées et déchets ménagers. »

Contacté par Mama Radio, le chef du bureau d’étude et planification à la coordination provinciale de l’environnement, l’ingénieur Kibangu MwemeliI Fernand, a fait savoir que le code et l’édit portant sur la gestion des déchets, interdisent la pollution de l’environnement en province.

« Les habitants qui déversent leurs eaux usées et déchets dans le lac Kivu sont passible des sanctions conformément aux dispositions légales en vigueur. La coordination de l’environnement et développement durable continue de sensibiliser les habitants pour qu’ils connaissent les méfaits de la mauvaise gestion des eaux usées. »

Ignorance ou culture de l’insouciance ; le doute persiste quant aux vraies causes de ce phénomène. Certains se plaisent à détruire le lac kivu, qui fait la beauté de la région du Kivu.

Christina VAN HOOREWEGHE NGOY

 

Ecrire un commentaire

requis

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>