Les enfants, partout à travers la planète, n’ont pas tous la même chance. Il arrive que certains d’entre eux soient victimes d’agressions, c’est pourquoi l’Organisation des Nations Unies a choisi la date du 4 juin qui, depuis 1992, rappelle les violences que subissent des milliers de jeunes.

La majorité des jeunes sont exploités de différentes façons par les adultes et, bien que les droits des enfants soient aujourd’hui des droits « sacrés », la pauvreté, le travail et les conflits les amènent souvent à accomplir des actes qui les mènent à leur perte. C’est à ce titre que l’association des femmes des médias du Sud Kivu se joint à l’Organisation des Nations Unies qui a choisi la date du 4 juin pour rappeler et lutter contre  les violences que subissent les milliers de jeunes.

En RDC par exemple où plusieurs enfants, filles et garçons se sont transformés en creuseurs de minerais, passent des journées entières dans les mines à la recherche de la pierre précieuse.

Lire l’article

200 personnes au total dont 100 étudiants et 100 élèves viennent de bénéficier des échanges enrichies sur le fonctionnement de la Cour Pénale Internationale CPI.
Ces 200 personnes sont des 4 institutions d’utilité publique de la ville de Bukavu qui regorgent les Comités d’Activistes pour le Genre CAG de l’Association des Femmes des Médias du Sud Kivu. L’Université Evangélique en Afrique UEA, le Centre Universitaire pour la Paix CUP, l’Institut d’Ibanda IIB et l’Institut de Bagira. Cette activité s’est réalisée avec le porte parole de la CPI en RDC Paul Madidi.
Selon lui, les bénéficiaires ont affiché un certain nombre de besoin d’information pour la Cour Pénale Internationale.
Lire l’article