Les femmes victimes des violences  sexuelles de différents territoires du Sud Kivu qui ont été soignées par le Docteur Dénis Mukwege viennent de collecter leurs produits de champs pour contribuer symboliquement au billet d’avion pour le retour de leur médecin à Bukavu.

Parmi ces  femmes il y a celles de  Kavumu et de Katana au Nord de Bukavu,  celles d’Idjwi et celles de Bunyakiri dans le territoire de Kalehe à l’Ouest de Bukavu.

Leurs  produits sont constitués essentiellement des ananas, des choux, des haricots et de la braise.

Ils seront vendus et l’argent contribuera au billet d’avion pour que le Docteur Denis MUKWEGE rentre à Bukavu dans l’Est de la République Démocratique du Congo.

La secrétaire exécutive de la Fondation Panzi qui a réceptionné ces vivres, Thérèse KULUNGU a indiqué que cet acte est un signal fort qui montre l’affection et l’amour que ces femmes victimes des violences sexuelles ont envers leur médecin.

Lire l’article

Le départ du Docteur Congolais Dénis Mukwege de Bukavu après une tentative d’assassinat contre lui fait parler toute la ville.

Primé pour son action  en faveur des femmes violées en RDC, Denis Mukwege, gynécologue obstétricien, et  directeur médical de l’hôpital de Panzi à Bukavu à l’est de la RDC, a été contraint de se réfugier à l’étranger. 

La plupart des congolais vivant dans la province du Sud Kivu demandent qu’une enquête soit menée et que les commanditaires soient traduits en justice. 

Selon certains rencontrés à Bukavu, il est temps que les autorités prennent conscience de ce qui se passe dans la province du Sud Kivu.

Dans une déclaration faite samedi 3 novembre à Bukavu, des femmes regroupées au sein du « Caucus des femmes du Sud Kivu pour la paix » réclament le retour du docteur Denis Mukwege dans la province.

Selon elles, le retour du médecin est impérieux parce que les femmes victimes de violences sexuelles se sentent abandonnées à leur triste sort. A ce temps, la nouvelle sur le départ du docteur serait cachée aux malades par peur de ne pas les affecter. 

De son côté, le gouverneur du Sud-Kivu, Marcellin Cishambo, aurait promis de garantir la sécurité du médecin à son retour à Bukavu.

Lire l’article

La ville de Bukavu photo 2012

La ville de Bukavu a observé une journée ville morte ce  mercredi 31 octobre.  C’est suite à l’appel lancé par le bureau de la société civile du Sud-Kivu suite à l’insécurité qui se vit au nord et au Sud Kivu.

La société civile du Sud-Kivu estime que cette action a été une réussite. selon elle, le niveau de réussite sera axée au résultat qui sera le retour de la paix ou rien. Le matin de ce mercredi, les élèves qui se dirigeaient vers leurs écoles respectives, ont vite rebroussé chemin.

Les travailleurs, qui ont l’habitude d’envahir l’artère principale de la ville en direction de leurs lieux de travail  n’ont pas été aussi nombreux que d’habitude.

Lire l’article

Dans la soirée du 25 Octobre 2012 vers 19h00, quatre hommes armés en tenue civile uniforme, sont entrés dans la maison du Docteur Denis Mukwege à Bukavu, République démocratique du Congo (RDC). Les hommes armés ont forcé les deux filles au docteur et leur sentinelle à rester assis en silence sur le sol jusqu’à ce que le docteur revienne à la maison. A son arrivée, à peu près une demi-heure plus tard, l’un des hommes armés a ouvert la porte et a forcé le Dr Mukwege de sortir du véhicule et exigé qu’il laisse la clé de contact dans le véhicule. Le gardien de sécurité en service a couru en criant d’intervenir avant d’être  abattu. Les hommes armés déstabilisés, ont commencé à tirer des balles restantes au Dr Mukwege qui se jeta sur le sol en évitant de justesse le coup de feu. Ces assaillants ont alors fui avec un véhicule du Dr Mukwege, qu’ils ont rapidement abandonné avant le détournement d’un autre véhicule. L’identité des hommes armés et leur localisation actuelle est inconnue.
Le Dr Denis Mukwege est le fondateur et directeur médical de l’hôpital de Panzi à Bukavu, en RDC. L’hôpital est devenu connu dans le monde entier pour le traitement des victimes de violences sexuelles et les femmes qui ont besoin de soins gynécologiques spécialisées. Le Dr Mukwege a reçu de nombreuses récompenses internationales, dont le Prix de droit africain de l’année à l’ONU, le Prix Olof Palme et le prix Clinton Global Citizen. Il a été plusieurs fois nominé pour le Prix Nobel de la Paix. Ces prix récompensent son service extraordinaire, l’humanité et l’engagement.

Lire l’article

Dans le cadre de la promotion de la femme congolaise, AFEM SK vient de réaliser une étude sur la participation politique de la femme dans le territoire de Shabunda.  Cette enquête s’est réalisée à Shabunda centre, Nkulu, Bagabo et Bangoma.

L’Association des Femmes des Médias du Sud Kivu ambitionne développer une approche efficace qui devra toucher les causes réelles de positionnement critique des femmes au sein des institutions démocratiques et dans d’autres secteurs de la vie communautaire. 

Selon la Coordinatrice Chouchou Namegabe, AFEM SK s’est proposé de réaliser un diagnostic participatif au sein des communautés en organisant une enquête auprès des différentes couches sociales vu que tous les secteurs de la vie communautaire restent marqués par un déséquilibre des rapports de genre.
Lire l’article

Elles sont nombreuses à faire le porte-faix dans la ville de Bukavu. Elles, ce sont les femmes déplacées de guerre venues de différents territoires du Sud Kivu, dont la plupart proviennent de Bunyakiri et Walikale.

« Au lieu de devenir mendiantes, nous avons  préféré faire le porte-faix, même si ce travail ne nous rapporte pas grand-chose » ; a souligné l’une d’elle rencontrée en cours de route. Celle-ci transportait un bidon d’huile de 20litres au dos et son bébé au dessus du bidon.

« Que ce que 900Francs Congolais (moins d’1 dollars américain) qu’on gagne à peine peut faire pour qu’une famille survive ? », s’exclame la femme.

Selon la plupart des femmes rencontrées au poste frontalier de Ruzizi 1er, elles sont souvent obligées de rassurer au Patron qu’elles sont à même de transporter le colis jusqu’à destination, même si ce dernier pèse plus de kilos qu’elle.

Lire l’article

Les portes faix vivant avec handicap, demandent aux autorités le respect des mesures de protection prévues en leur faveur par la constitution de la RDC.

Ceux-ci demandent que la taxe leur exigée soit revue à la baisse, car, elle reste la même avec celle des personnes valides. Ils se basent ainsi sur l’article 49 de la constitution de la RDC à sa prémière paragraphe qui stipule:  “La personne du troisième âge et la personne avec handicap ont droit à des mesures spécifiques de protection en rapport avec leurs besoins physiques, intellectuels et moraux”.

Dans une interview accordée au reporter de l’Association des Femmes des Médias du Sud Kivu AFEM SK, les portes faix vivant avec handicap lance un appel aux services compétents pour trouver solution. Ils citent ici la division des affaires sociales du Sud Kivu. Cibalonza Mubalama, l’un des porte faix œuvrant au poste de ruzizi 1er a dit je cite : « Nous ne voudrions pas que ces services publics nous transforment en mendiants pendant que nous luttons légalement pour la survie de nos familles », fin de citation.

Lire l’article

Dans le cadre de la campagne genre dans nos familles, l’Association des Femmes des Médias du Sud Kivu AFEM SK, dans son projet intitulé “Plaidoyer et sensibilisation pour la lutte contre les violences basées sur le genre vient de former 26 personnes de 3 territoires du Sud Kivu.

Ces formations ont été réalisées à FIZI/BARAKA, à KAMITUGA/MWENGA et à KALEHE.

Pour AFEM SK, la nouvelle approche repose sur l’intégration des hommes aux côtés de leurs femmes pendant les différentes formations qui portent sur les violences basées sur le genre dans les familles.

ces formations portaient sur le genre et les violences basées sur le genre et les droits humains.

Lire l’article

Les femmes rurales membres des noyaux clubs d’écoute de AFEM SK pourront assurer leurs activités sans beaucoup de difficultés. C’est l’essentiel du message qu’elles ont adressé à la direction de l’Association des Femmes des Médias du Sud Kivu. AFEM SK en partenariat avec DIAKONIA vient de doter 3 bureaux aux Noyaux Club d’Ecoute de BARAKA/FIZI, KAMITUGA/MWENGA et KALEHE. Ces bureaux permettront aux NCE d’assurer leurs activités de sensibilisation, de plaidoyer et d’enregistrement des émissions radiodiffusées. Selon la Coordination de AFEM SK, ces bureaux leurs sont remis dans le cadre du projet

Lire l’article

Quatre jours ont suffit pour comprendre  la  complexité des affaires traitées au près de la Cour Pénale Internationale CPI.  

Faciliter l’accès à l’information sur les actions de la CPI, tel est l’objectif des séances d’échanges et d’informations entre la CPI et les organisations de la ville de Bukavu.

4 jours durant, le porte parole de la Cour Pénale Internationale Paul Madidi en partenariat avec l’Association des Femmes des Médias du Sud Kivu s’est entretenu avec les jeunes au sein des réseaux de défense des droits de l’homme, les journalistes membres des radios partenaires à AFEM, rurales et urbaines, des avocats et professionnels de droit, les responsables des organisations féminines; etc. 

Pour Paul Madidi, l’objectif est de tisser une bonne collaboration entre la CPI et ces organisations afin qu’il y ait une meilleure appropriation des actions de la CPI aux populations affectées et aux organisations. 

Lire l’article